L’album de MONG TRANG enfin édité par le Cercle Premier…

cd-cover-rtnn-300x300

Le 16 Octobre 2016,
Le Cercle Premier a présenté
le CD de l’artiste MONG TRANG :
‘Ru Ta ngam ngui’,
au Café Louise
à St Germain des Prés à Paris.

Quelques mots pour le CD « Ru Ta Ngậm Ngùi » *

Que nous reste-t-il de notre culture vietnamienne ? Pouvons-nous comme ça, parler de l’âme vietnamienne ? Qu’en savons-nous au juste ? Faut-il conserver précieusement de vieilles reliques, comportements et habitudes pour essayer d’attraper ce qui n’est pas palpable ? Voilà les quelques questions qui tourmentent notre esprit dans la quête de notre identité culturelle.

Puis, après le questionnement vient une évidence : « l’âme vietnamienne » est ce qui reflète notre sensibilité. Si nous aimons encore ce qui a ému, nos mère et grand-mère, nos père et grand-père, alors, nous n’avons pas encore perdu leurs traces.

La chanson française connaît quelques œuvres « éternelles » comme la Complainte de la Butte, la Vie en Rose qui déjouent la loi du temps. Curieusement, toutes les chansons populaires vietnamiennes poursuivent sans conteste leur trajectoire. Des jeunes chanteurs d’aujourd’hui doivent leur succès à des chansons datées de vingt, trente, quarante ans…et ce n’est pas de la « radio nostalgie ».

MONG TRANG au Café Louise

cd-cover-rtnn-pub

MONG TRANG ‘Ru Ta ngam ngui’

Nous voulons ainsi, à travers la voix de Mộng Trang, vous faire découvrir,  la sensibilité vietnamienne qui est l’aspect le plus visible de son âme.

Mộng Trang n’est pas une chanteuse professionnelle. Elle ne chante pas pour le succès et la gloire. Justement, elle représente pour nous cette part secrète de l’âme qui la pousse, elle, qui vit dans le temps présent, à Paris, à continuer, nuit après nuit, à rêver ces mélodies aimées par sa mère ?

Des musiciens français l’accompagnent en découvrant pour la première fois cette musique d’un autre monde.

Le Cercle Premier « Beauté et Générosité » ouvre la porte de l’art vers les mondes lointains. Mais y a-t-il des espaces plus mystérieux, plus lointains que  le cœur humain ?

Bui Xuan Quang Noël 2016

*titre intraduisible d’une chanson de Trinh Công Sơn (je me berce, perdu dans mes émotions)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.